12/04/2008

Eugène De Bie par Stéphane Rey

On pense d'abord à des personnages de la comédie italienne, mais on s'avise qu'il y a autre chose que désinvolture, insolence et grâce du geste. Quelque chose d'inquiétant et de profond hante ces scènes où chacun - même s'il n'est pas masqué - dissimule son vrai visage,  se drape de mystère et donne à la cruauté la rassurante apparence de la douceur. Tout spectacle porte en soi sa tragédie et son secret. Eugène De Bie nous rend cela particulièrement sensible par un choix très recherché de coloris : blanc de céruse, vert de lierre, brun de bure, gris de plomb. On demeure à la fois déconcerté et inquiet.

Stéphane Rey, L'Echo de la Bourse", Bruxelles.

Les commentaires sont fermés.